SAINT-POL-ROUX
à Camaret-sur-mer (Finistère)


 

  Reconnu par ses pairs de l'école symboliste, Saint-Pol Roux tourna pourtant le dos au milieu littéraire parisien et vint s'installer en Bretagne. En 1903, il achète une maison de pêcheur surplombant l'océan, sur la falaise de Pen Hat. Il la transforme en manoir à huit tourelles et baptise la demeure « Manoir du Boultous ». À la mort de son fils Coecilian, tombé en 1914, il le renomme « Manoir de Coecilian ». En juin 1940 un soldat allemand pénètre dans le manoir, tue la gouvernante, blesse Saint-Pol-Roux et sa fille Divine. Quelques jours plus tard, le poète découvre le manoir pillé et tous ses écrits déchirés ou brûlés. Trop éprouvé, il tomba malade et mourut en ociobre. Il est enterré dans le cimetière de Camaret. En 1944, le manoir, occupé par les Allemands, fut bombardé à plusieurs reprises par l'aviation alliée. Restent aujourdhui ces ruines, léguées par Divine Roux à la commune, dans l'espoir qu'elles soient un jour transformées en musée.