VOIR SUR AMAZON : 

  orsqu'en 1721 un auteur anonyme fait paraître à Amsterdam les Lettres persanes, il s'accorde à une double mode : celle de l'Orient et celle du roman par lettres. Mais c'est pour mieux s'en affranchir : de son modèle, l'Italien Marana, qui avait publié L'Espion turc en 1684, l'auteur retient en effet l'étonnement d'un musulman sur les pratiques chrétiennes,  mais il le dépasse en instaurant ce regard « pluriel » que permet l'échange épistolaire. Des turqueries en vogue depuis le XVIème siècle, il garde le pittoresque mais le met au service d'une réflexion philosophique sur la relativité des coutumes et la recherche d'un ordre universel bâti sur la raison.
  Cet auteur, on savait déjà à l'époque qu'il ne pouvait être que ce baron de Montesquieu (1688-1755), déjà connu pour des traités d'économie politique, qui avait craint par ce petit livre licencieux de paraître bien léger pour sa fonction de magistrat. Le succès n'en fut pas moins considérable et inaugura une autre mode qui eut sa fortune jusqu'à nos jours.

 

 

SOMMAIRE


 

 

  Ce n'est pas de leur intrigue que les Lettres persanes tirent leur originalité. Celle-ci est fort simple : deux Persans, Usbek et Rica, arrivent à Paris et communiquent leurs impressions à des compatriotes. Ils reçoivent aussi d'eux des nouvelles de leur pays. Les seuls incidents ou retournements de situation sont d'ailleurs le fait d'une sorte de roman enchâssé : Usbek reçoit de son sérail une quarantaine de lettres qui l'avisent d'une révolte des femmes et du suicide de la favorite Roxane.
  C'est donc la composition qui donne au roman tout son prix. La forme épistolaire d'abord : l'échange des lettres multiplie les points de vue, relativise les jugements émis par les personnages ou les infirme malignement par la conduite des faits. Leur psychologie reste aussi évolutive, puisque ces lettres s'échelonnent sur une huitaine d'années (1712 à 1720) : le narrateur peut tour à tour transparaître dans chacune d'elles ou brouiller les pistes en laissant aux personnages la totale responsabilité de leurs propos. Il appartiendra d'ailleurs à notre projet de lecture de déterminer la place du philosophe dans cet écheveau et d'établir les leçons morales qui ne manquent pas de se dégager des nombreux apologues.
  Les Lettres Persanes constituent aussi un roman du sérail. Le genre, exotique et licencieux, était fort à la mode. Mais Montesquieu ne s'est pas contenté d'en reprendre les motifs pour de simples raisons tactiques. Si les lettres qui arrivent du harem d'Usbek rachètent par leur parfum le contenu parfois aride des autres échanges, elles n'en constituent pas moins une facette irremplaçable de la réflexion philosophique, à propos notamment de la condition féminine mais aussi des contradictions qu'elles révèlent chez Usbek, pris entre son désir de tolérance et ses réflexes phallocratiques.
  Enfin le roman vaut par son procédé, que Paul Valéry a nettement formulé : « Entrer chez les gens pour déconcerter leurs idées, leur faire la surprise d'être surpris de ce qu'ils font, de ce qu'ils pensent, et qu'ils n'ont jamais conçu différent, c'est, au moyen de l'ingénuité feinte ou réelle, donner à ressentir toute la relativité d'une civilisation, d'une confiance habituelle dans l'ordre établi.» (Variété II). Ces vertus du «regard étranger» sur nos mœurs, Montesquieu en avait déjà un exemple dans le chapitre Des Cannibales des Essais de Montaigne, mais il exploite jusqu'au bout cette naïveté :

 

    LE VOYAGE D'USBEK ET RICA   

 

 

  Il n'est pas toujours facile de déterminer une structure dans ce roman où l'échange épistolaire passe rapidement d'un sujet à un autre. Nous proposons toutefois une succession de séquences organisées autour de thèmes dominants, auxquels nous consacrons successivement une brève notice.

Lettres

Sujets centraux

Lectures analytiques

I - X Présentation des personnages - Les motifs du voyage.  
XI - XIV Histoire des Troglodytes.

lettre XII

XV - XXIII Jusqu'à Paris.  

XXIV - XLVI

Curiosités parisiennes.
lettre XXIX

XLVII - LXVIII

Inventaire de l'Occident.  

LXIX - XCI

A la recherche d'un État harmonieux.  

XCII - CXI

Où l'on découvre le modèle anglais.
lettre CVI

CXII - CXXXII

Apologie du libéralisme.  

CXXXIII - CXLVI

Un constat pessimiste du mal français.
lettre CXLVI
CXLVII - CLXI Terreur au sérail.
lettre CLXI

 

I-X   Présentation des personnages - Les motifs du voyage.
  Les premières lettres veulent d'abord donner la couleur locale nécessaire : datation, itinéraire, mais aussi notations orientales et érotiques sur la vie au harem qui permettent de laisser transparaître cette misogynie d'Usbek sur laquelle nous aurons à revenir. L'impression donnée par ce mélange de registres et de préoccupations est bien celle à quoi Montesquieu nous a préparés dans ses "quelques réflexions préliminaires", nous prévenant d'un roman par lettres « où les sujets qu'on traite ne sont dépendants d'aucun dessein ou d'aucun plan déjà formé », où « l'auteur s'est donné l'avantage de pouvoir joindre de la philosophie, de la politique et de la morale à un roman. » Si ces réflexions préliminaires nous préparent à la satire, il n'en est ici encore aucune trace. On se souviendra néanmoins des précautions prises par l'auteur : son souci de différencier l'étonnement des Persans et l'idée d'examen ou de critique s'ajoute à sa volonté d'authentifier ces lettres et de se présenter comme un simple traducteur. Artifice bien connu de l'époque par lequel Montesquieu prévient les accusations de légèreté ou d'invraisemblance et excuse l'audace de la satire.

XI - XIV    Histoire des Troglodytes.
  Voici le premier apologue. La narration s'étale sur quatre lettres, ce qui permet de l'émailler d'un discours où le philosophe pose et illustre la notion fondamentale de vertu : « l'intérêt des particuliers se trouve toujours dans l'intérêt commun ». A la critique sévère des méchants Troglodytes, tout dominés par leurs passions égoïstes, peut donc succéder le tableau patriarcal des familles vertueuses qui ont survécu aux discordes. Nous donnons une lecture analytique de cette lettre XII , à laquelle on se reportera non sans avoir en mémoire ces mots de Jean Starobinski : « L'Utopie n'aura pas lieu, elle est derrière nous ». Mais pour établir la nature exacte de l'idéal de Montesquieu et dissiper la fausse impression d'archaïsme et de nostalgie pré-rousseauiste que pourrait donner cette lettre, nous la comparons avec la lettre CVI , tout imprégnée des Lumières.

XV - XXIII   Jusqu'à Paris.
  Ces lettres cernent mieux encore le personnage d'Usbek : parti « chercher la sagesse », il est aussi friand d'une autre lumière que la «lumière orientale». La lettre XVI fait acte d'allégeance à l'égard du mollak Méhemet-Ali, mais la suivante fait état de « doutes ». Ici se devine le philosophe de la relativité des mœurs : dans la simple affirmation du droit pour chacun de suivre l'appréciation de ses sens, n'y a-t-il pas de quoi renverser « les points fondamentaux de la Loi » ? Le « serviteur des prophètes » ne sait répondre aux doutes d'Usbek que par la fable et on devine déjà le sourire de Montesquieu. Mais dans les lettres suivantes, les démêlés d'Usbek avec son sérail établissent  ce paradoxe intenable où s'enferme le personnage : peut-on mettre en cause par le doute certains aspects de la Loi et se conduire en sultan tyrannique, en d'autre termes n'en appeler à la doctrine que quand elle conforte son orgueil de mâle ?

XXIV - XLVI   Curiosités parisiennes.
  Ce machisme d'Usbek éclate encore ici : où nous voyons liberté, il voit licence, et pudeur où nous voyons esclavage. Cet éloge de l'innocence et ce souci farouche de préserver la femme de toute impureté ne valorisent que le « nous » impérieux de la gent masculine. Mais Usbek confie aussi des doutes, des suspensions de jugement qui humanisent le personnage, même si ses contradictions lui échappent. Ainsi la lettre XXXV obéit à un autre but que celui avoué : Usbek croit trouver chez les Chrétiens des « semences de ses dogmes » et se félicite qu'un jour la lumière mahométane les illuminera. Mais, « voyant partout le Mahométisme » sans jamais le trouver, il fourbit des armes contre sa prétendue universalité et contribue à mettre toutes les religions à plat, dans la même facticité. Tout au long de cette section, Usbek semble ainsi en route vers une sagesse moyenne, difficilement conquise sur ses doutes.
   Nous lui préférons souvent Rica, dont les lettres marquent une curiosité plus vive pour les mœurs et la « vivacité d'un esprit qui saisit tout avec promptitude », comme le note Usbek. Ses lettres, émaillées de périphrases et d'italiques, donnent un bon exemple du « regard persan » qui, faussement naïf, déplace le point de vue et fait éclater la satire sociale et religieuse (voir notre lecture de la lettre XXIX ). L'œil de Rica est d'ailleurs plus redoutable de se limiter pour l'instant aux manières et aux mines qu'il dénonce dans la comédie sociale : la célèbre lettre XXX donne une juste idée de ces coteries mondaines et superficielles où Rica perçoit autant la badauderie et l'engouement que cet ethnocentrisme naïf qui avoue son impuissance à sortir de lui-même (« Comment peut-on être Persan ? »). Dans l'analyse des mécanismes de l'autorité royale, Rica laisse souvent transparaître Montesquieu, qui fait écho, par exemple, au Discours de la servitude volontaire de La Boétie, où celui-ci s'étonnait que tant de sujets obéissent sans se révolter : « Le roi de France est le plus puissant prince de l’Europe. Il n’a point de mines d’or comme le roi d’Espagne son voisin; mais il a plus de richesses que lui, parce qu’il les tire de la vanité de ses sujets, plus inépuisable que les mines. [...] D’ailleurs ce roi est un grand magicien : il exerce son empire sur l’esprit même de ses sujets; il les fait penser comme il veut. » (lettre XXIV).
  Néanmoins, Rica semble ici de plus en plus gagné, sinon par l'Occident (« J'ai pris le goût de ce pays-ci »), à tout le moins par le doute, notamment à l'égard de l'infériorité naturelle des femmes tant proclamée par l'Islam. Parallèlement, cette section donne à lire les lettres de Rhédi, resté à Venise, qui s'instruit et s'applique aux sciences. Son éloge du rationalisme (« Je sors des nuages qui couvraient mes yeux ») paraît plus radical que celui d'Usbek, malgré la réflexion qui échappe à ce dernier : « La Loi, faite pour nous rendre plus justes, ne sert souvent qu'à nous rendre plus coupables » (lettre XXXIII).

Watteau : Le Persan (détail) XLVII - LXVIII   Inventaire de l'Occident.
  Cet inventaire commence par une galerie de portraits qui dénonce les mensonges de la vie sociale : « Les gens qu'on dit être de si bonne compagnie ne sont souvent que ceux dont les vices sont les plus raffinés », note Usbek, trouvant à la fin de la lettre XLVIII un style tout oriental pour envelopper d'opprobre la corruption des mœurs : mensonges des femmes, mensonges des prêtres, mais de quelle vérité le personnage est-il en quête ? C'est au moment où l'eunuque de son sérail l'invite à exercer son autorité que lui parvient un deuxième apologue, l'Histoire d'Asphéridon et Astarté, où Usbek lira la chronique d'un bonheur enfin conquis malgré une liaison contre-nature... De Russie, par le point de vue de Nargum, arrivent d'autres portraits, d'autres nouvelles de la condition des femmes, si bien que ce défilé de mœurs hétéroclites finit par faire songer à celui de Montaigne dans le chapitre XXIII du premier livre des Essais : « les lois de la conscience, que nous disons naître de nature, naissent de la coutume...» Ce relativisme paraît encore plus radical chez Rica parce que, comme Montaigne, il l'étend à l'homme lui-même, perdu et misérable dans l'univers (lettre LIX). A travers son style nerveux, Paris, « ville enchanteresse », donne plus que chez Usbek l'impression d'un monde grouillant, corrompu et fou.

LXIX - XCI   A la recherche d'un État harmonieux.
    On ne sait trop qui écouter ni croire dans beaucoup de lettres de cette section : Usbek y paraît plus déchiré que jamais entre son scepticisme et son allégeance à l'Islam. « Vérité dans un temps, erreur dans un autre » (lettre LXXV), clame le philosophe, mais ses protestations de tolérance n'excluent pas le sectarisme. Au-delà d'Usbek, c'est le philosophe des Lumières qui exprime la relativité des lois humaines et substitue l'ordre de la nature à celui de la Providence. C'est lui qui dénonce à nouveau l'extrême facticité des valeurs en imaginant et parodiant ce que pourraient être des « Lettres espagnoles » (lettre LXXVIII); c'est lui, plus qu'Usbek, qui, soucieux de raison, définit le meilleur gouvernement comme celui qui sait se maintenir dans ses bornes et se manifeste par la douceur (lettre LXXX). Le philosophe déiste manifeste un optimisme raisonnable et exprime sa confiance en une Justice éternelle fondée sur un rapport de convenance (lettre LXXXIII). Des guerres de religion, il tire une défiance universelle contre cet « esprit de vertige », cette « éclipse entière de la raison humaine » qu'est le fanatisme : il nous est difficile, tant cette aversion touche aussi bien les Chrétiens que les Mahométans, d'y reconnaître le seul Usbek.

XCII - CXI   Où l'on découvre le modèle anglais.
  Cette section est la plus nettement politique : elle coïncide avec les débuts de la Régence, où s'affaiblissent le pouvoir royal et celui des Parlements : « Le monarque qui a si longtemps régné n’est plus », annonce Usbek à Rhédi le 4 septembre 1715 (lettre XCII). C'est encore Usbek qui domine l'échange épistolaire, manifestant plus encore ses contradictions. Les premières lettres nous le montrent en quête d'une sorte de droit international qui remédierait à la confusion des pouvoirs et, au nom d'un code naturel, pourrait légiférer à propos de la guerre comme de tous les autres actes de justice et éviterait la surabondance des lois comme des critères qui les commandent. Les lettres suivantes révèlent son enthousiasme à l'égard des « lois générales, immuables, éternelles » de la science (lettre XCVII); les dernières développent les critiques les plus subversives à l'égard du despotisme et finissent par rêver au modèle constitutionnel anglais qui assurerait l'équilibre des pouvoirs et limiterait l'autorité de ces monarques qui « sont comme le soleil » (lettre CII). Mais à cette ouverture, à cette critique du despotisme (« Malheureux le roi qui n'a qu'une tête »), à cette réflexion sur les châtiments des princes, la lettre CXVI vient opposer de façon cinglante son propre absolutisme au sérail. L'alternance des lettres voulue par Montesquieu trouve ici une de ses justifications : un incessant contrepoint dans l'agencement des expéditeurs suffit à marquer les faiblesses et la mauvaise foi du personnage qui fait de nouveau allégeance à l'Islam après en avoir critiqué les allégories. On pourra néanmoins souligner l'extraordinaire évolution d'Usbek vers les Lumières, que souligne son débat avec Rhédi (lettres CV et CVI), où se lit quelque chose de la polémique qui opposera Voltaire et Rousseau .

CXII - CXXXII    Apologie du libéralisme.
  Les lettres CXII à CXXII correspondent à une longue dissertation que Montesquieu a un peu artificiellement divisée en lettres. Elles sont consacrées à la dépopulation de l'univers. Le XVIII° siècle a cru à ce phénomène, mais on reste surpris d'en lire l'analyse sous la plume d'Usbek. Aux causes particulières (épidémies et famines), succèdent les causes générales : c'est en les recensant qu'Usbek en vient à condamner la polygamie musulmane et l'oisiveté des eunuques et des esclaves (lettres CXIV-CXV). Il exprime ici un idéal de mesure qui réprouve ce gâchis d'énergie, entonne l'éloge du commerce qui passe par celui de l'industrie et de l'abondance. Chez les catholiques, Usbek condamne l'interdiction du divorce et le célibat des prêtres (baptisés "eunuques"), leur préfère ouvertement les protestants pour leur libre entreprise et leur énergie marchande. Parmi les causes politiques enfin, il s'insurge contre la colonisation, le nomadisme et l'esclavage, nouvelles occasions de déperdition humaine, et rêve de lois naturelles qui reflètent la conscience publique. On notera comme toutes ces critiques - fort audacieuses - se font toujours au nom de la Raison et on leur opposera la lettre CXXVI où Rica écrit : « Je te l'avoue, je n'ai jamais vu couler les larmes de personne sans en être attendri : je sens de l'humanité pour les malheureux, comme s'il n'y avait qu'eux qui fussent hommes ». Montesquieu a-t-il voulu séparer en deux têtes ce que la vertu politique exige à la fois de raison et de cœur ?

CXXXIII - CXLVI    Un constat pessimiste du mal français.
  Un grand nombre de lettres dans cette section émane de Rica. Plusieurs visites dans une bibliothèque sont pour lui l'occasion d'une critique vigoureuse des commentaires, fatras et autres compilations qui lui semblent exister au détriment de la Nature et de la Raison. C'est sous sa plume un second et prodigieux inventaire de l'Occident et de ses querelles idéologiques dans tous les domaines (lettres CXXXIII à CXXXVII). Usbek de son côté livre une de ses lettres les plus nauséeuses sur le néant social (voir notre analyse de cette lettre CXLVI ), cependant qu'il reçoit de Rica un nouvel apologue, l'Histoire d'Ibrahim et Anaïs. Il s'agit d'une sorte de sérail à l'envers où les femmes sont maîtresses et les hommes tolérants et libéraux. Comme les précédents, cet apologue manifeste une utopie dans laquelle Usbek pourrait avoir à méditer l'exemple d'Ibrahim le divin. Dans cette section, figurent aussi deux courts apologues rapportés par Rica : le Fragment d'un ancien mythologiste (lettre CXLII) est une fable qui désigne clairement les tromperies du système de Law et raille la crédulité des Français; la Lettre d'un médecin de province (lettre CXLIII) évoque des drogues aux vertus diverses dans lesquelles on reconnaît le pouvoir lénitif  - ou vomitif ! - des gros livres et particulièrement des traités de métaphysique.

CXLVII - CLXI    Terreur au sérail.
  Informé des désordres de son harem, Usbek répond par les menaces les plus vives qui, une dernière fois, témoignent de l'impérialisme dont il n'a su se défaire : symboles de sa mauvaise foi et de son impuissance, le mot vertu se voit indignement perverti sous sa plume et une de ses lettres s'est égarée. Ses nombreuses interrogations manifestent ce désarroi, où se mêlent colère et inquiétude. La précipitation romanesque est sensible surtout dans l'évolution des femmes jusqu'au dénouement, digne d'une tragédie : la modeste Roxane en vient aux menaces et sa dernière lettre (lettre CLXI ) est, par l'arrogance du suicide qu'elle annonce, un cri de liberté : « J'ai réformé tes lois sur celles de la Nature ». Tout le propos des Persanes est ici : pourquoi avoir voulu qu'elles s'achèvent en tragédie si ce n'est pour infliger sa punition à l'aveuglement d'Usbek ainsi qu'à tout ce qui fait tort à la Nature ?

 

 

 

 

Sommaire du site Magister                   m'écrire

Vocabulaire Types de textes Genres littéraires
Lecture analytique Le commentaire Travaux d'écriture
Texte argumentatif Corpus de textes Œuvres intégrales
Dossiers Classes Prépas Liens