La chanson

 

Objet d'étude :
Écriture poétique et quête du sens.
Corpus :
    Jacques Brel : La Fanette
    Serge Gainsbourg : Exercice en forme de Z
    Georges Brassens : Bécassine
    Léo Ferré : La Mélancolie.

 

     La chanson est sans doute aujourd'hui ce qui tient lieu de poésie à la plupart des gens. La massivité et la facilité de sa diffusion semblent peut-être dispenser d'aller chercher un autre aliment dans la poésie écrite. La musique, de qualité inégale, mais accrocheuse dans ses rythmes et ses ritournelles, ferait peut-être aussi de la chanson le parent pauvre de la poésie. Détrompons-nous : la chanson est un genre spécifique par cette alliance même et c'est une attitude très différente de lire la poésie et d'écouter une chanson. Cette spécificité résiste même à cette autre démarche qui est de lire une chanson. Le propos de cette page est de le montrer à l'aide de quelques exemples.
   « Défense de déposer de la musique au pied de mes vers ! », aurait dit Victor Hugo. Cette injonction, si elle est authentique, n'est peut-être qu'une provocation, mais elle correspond en tout cas à un souci légitime et reste conséquente face à une évidence : la poésie écrite est déjà musique ! Son rythme, ses rimes, ses jeux sonores, tout cela caractérise une écriture commandée par une certaine respiration. Quoi de plus normal que de rechigner à en entendre une autre, même si celle-ci obéit aux meilleures intentions ?
   Pour la chanson, c'est autre chose : texte et musique y naissent simultanément, au point que chacun y confond ses attributs. Voici le texte renoncer à la correction de la syntaxe ou de la prononciation pour se plier aux notes; voici la musique observer une linéarité inattendue et privilégier la voix sur les instruments.

 L'ignorance de cette spécificité est à l'origine de malentendus regrettables, notamment celui qui a brouillé André Breton et Léo Ferré. Ce dernier lui ayant soumis le recueil de ses chansons, Poète... vos papiers !, Breton objecta : « Ne faites jamais publier ce livre ! » Lui qui libérait l'inconscient avec la prose de Bossuet avait dû rechigner en effet devant les élisions, ellipses et autres apocopes, qui font bel et bien partie du rythme propre à la chanson. Étrange prévention, dira-t-on, que l'on comprendra mieux si on rappelle la surdité totale de Breton à l'égard de la musique, qu'il jugeait "confusionnelle", et son aversion pour les mots crus, dont Ferré, au contraire, ne se privait pas ! Mais c'est un autre caractère de la chanson que de rester fidèle à ses origines populaires. Breton semblait les mépriser, lui qui disait en 1952 : « Je tiens la chanson d’aujourd’hui pour une petite mendiante effrontée qui spécule sur ce qu’il y a de plus sirupeux et de plus louche dans l’âme humaine.»

 

I - Des formes spécifiques

  L'époque moderne a beaucoup valorisé la part de la musique dans la chanson. Le plus souvent, en effet, tant chez les troubadours ou les poètes de la Pléiade que chez les chansonniers populaires du XIXème siècle, le texte importe d'abord et reçoit ensuite une musique qui peut, d'ailleurs, avoir été déjà utilisée. Celle-ci, sans s'arroger trop de place, devra souligner les couplets et le refrain, alternance qui constitue la forme la plus régulière d'une chanson, et seconder habilement la musique des mots.

 

Texte 1 : couplets et refrain

 

   Jacques BREL

           La Fanette     (1963)

25





30




35




40





45




50

Nous étions deux amis et Fanette m'aimait
La plage était déserte et mentait sous juillet
Si elles s'en souviennent les vagues vous diront
Comment pour la Fanette s'arrêta la chanson

Faut dire
Faut dire qu'en sortant
D'une vague mourante
Je les vis s'en allant
Comme amant et amante
Faut dire
Faut dire qu'ils ont ri
Quand ils m'ont vu pleurer
Faut dire qu'ils ont chanté
Quand je les ai maudits
Faut dire
Que c'est bien ce jour-là
Qu'ils ont nagé si loin
Qu'ils ont nagé si bien
Qu'on ne les revit pas
Faut dire
Qu'on ne nous apprend pas
Mais parlons d'autre chose

Nous étions deux amis et Fanette l'aimait
Et la plage est déserte et pleure sous juillet
Et le soir quelquefois
Quand les vagues s'arrêtent
J'entends comme une voix
J'entends... c'est la Fanette.






5




10




15




20
 
Nous étions deux amis et Fanette m'aimait
La plage était déserte et dormait sous juillet
Si elles s'en souviennent les vagues vous diront
Combien pour la Fanette j'ai chanté de chansons

Faut dire
Faut dire qu'elle était belle
Comme une perle d'eau
Faut dire qu'elle était belle
Et je ne suis pas beau
Faut dire
Faut dire qu'elle était brune
Tant la dune était blonde
Et tenant l'autre et l'une
Moi je tenais le monde
Faut dire
Faut dire que j'étais fou
De croire à tout cela
Je le croyais à nous
Je la croyais à moi
Faut dire
Qu'on ne nous apprend pas
A se méfier de tout

 

  Ce texte offre un certain nombre de caractères qui nous aideront à cerner la spécificité de la structure d'une chanson :

 

Texte 2 : les jeux sonores

Serge GAINSBOURG

Exercice en forme de Z

(1978)

Zazie
A sa visite au zoo
Zazie suçant son zan
S'amusait d'un vers luisant
D'Isidore Isou
Quand zut ! Un vent blizzard
Fusant de son falzar
Voici zigzaguant dans les airs
Zazie et son blazer

L'oiseau
Des îles est pris au zoom
Par un paparazzi
Zigouilleur visionnaire
De scherzi de Mozart
Drôle de zigoto
Zieuteur du genre blasé
Mateur de photos osées
Zazie
Sur les vents alizés
S'éclate dans l'azur
Aussi légère que bulle d'Alka Seltzer
Elle visionne le zoo
Survolant chimpanzés
Gazelles lézards zébus buses et grizzlis d'Asie

L'oiseau
Des îles est pris au zoom
Par l'autre zèbre, bonne zigue
Zazie le fusillant d'un bisou
Lui fait voir son bazar
Son zip et son Zippo
Fendu de A jusqu'à Zo

[Interprétation : Jane Birkin.]

 

  Preuve s'il en est de la musique des mots et des jeux auxquels la chanson s'est souvent adonnée, ce texte se présente comme un exercice : débarrassés du souci de signifier, les mots réduits à leur enveloppe zézaient et zozottent !


II - Des thèmes spécifiques

  La chanson n'est pas, comme on le croit souvent, uniquement issue de la culture folklorique et populaire. Les chansons des troubadours, par exemple, sont destinées à l'aristocratie. Mais il reste vrai que les grands moments de la vie paysanne ont toujours été rythmées par des chansons, de même que les révoltes et les revendications de la vie ouvrière et citadine. Il reste de ce patrimoine une évidente présence de la chanson dans tous les gestes de notre vie, d'autant que les créateurs modernes ont su puiser dans ces deux fonds.

 

Texte 3 : un univers traditionnel

  Georges BRASSENS

Bécassine

(1969)






35





40





45




50





55




60





65
 

 

 

 

C'est une espèce de gredin,
N'ayant pas l'ombre d'un jardin,
Un soupirant de rien du tout
Qui lui fit faire les yeux doux.
C'est une sorte de manant,
Un amoureux du tout-venant
Qui pourra chanter la chanson
Des fleurs bleues en toute saison
Et jusqu'à l'heure du trépas,
Si le diable s'en mêle pas.

A sa bouche, deux belles guignes,
Deux cerises tout à fait dignes,
Tout à fait dignes du panier
De Madame de Sévigné.
Les hobereaux, les gentillâtres,
Tombés tous fous d'elle, idolâtres,
Auraient bien mis leur bourse à plat
Pour s'offrir ces deux guignes-là,
Tout à fait dignes du panier
De Madame de Sévigné.

C'est une espèce d'étranger,
N'ayant pas l'ombre d'un verger,
Qui fit s'ouvrir, qui étrenna
Ses jolies lèvres incarnat.
C'est une sorte de manant,
Un amoureux du tout-venant
Qui pourra chanter la chanson
Du temps des cerises en tout' saison
Et jusqu'à l'heure du trépas,
Si le diable s'en mêle pas.

C'est une sorte de manant,
Un amoureux du tout-venant
Qui pourra chanter la chanson
Du temps des ceris's en tout' saison
Et jusqu'à l'heure du trépas,
Si le diable s'en mêle pas.

Texte soumis aux droits d'auteur, réservé à un usage privé ou éducatif.

 




5




10





15




20





25




30
Un champ de blé prenait racine
Sous la coiffe de Bécassine,
Ceux qui cherchaient la Toison d'or
Ailleurs avaient bigrement tort.
Tous les seigneurs du voisinage,
Les gros bonnets, grands personnages,
Rêvaient de joindre à leur blason
Une boucle de sa toison.
Un champ de blé prenait racine
Sous la coiffe de Bécassine.

C'est une espèce de robin,
N'ayant pas l'ombre d'un lopin,
Qu'elle laissa pendre, vainqueur,
Au bout de ses accroche-cœurs.
C'est une sorte de manant,
Un amoureux du tout-venant
Qui pourra chanter la chanson
Des blés d'or en toute saison
Et jusqu'à l'heure du trépas,
Si le diable s'en mêle pas.

Au fond des yeux de Bécassine
Deux pervenches prenaient racine,
Si belles que Sémiramis
Ne s'en est jamais bien remise.
Et les grands noms à majuscules,
Les Cupidons à particules
Auraient cédé tous leurs acquêts
En échange de ce bouquet.
Au fond des yeux de Bécassine
Deux pervenches prenaient racine.

 

  Georges Brassens s'est réclamé d'un Moyen Age mental, et ses chansons, en effet, sans toujours ignorer la vie moderne, plantent un décor rural où se détachent des personnages pittoresques tout droit sortis des fabliaux. Parmi les topoi de ce patrimoine, il en est un qui revient de manière obsédante dans plusieurs de ses textes, celui de la vraie beauté liée à la simplicité paysanne et décidément étrangère à la richesse comme à la position sociale (on pourra écouter, par exemple, Les Sabots d'Hélène ou Le petit joueur de flûteau).

 

Texte 4 : la vie moderne

Léo FERRÉ

La Mélancolie

(1964)

C'est sous la teinture
Avoir les ch'veux blancs
Et sous la parure
Fair' la part des ans
C'est sous la blessure
Voir passer le temps
C'est un chimpanzé
Au zoo d'Anvers
Qui meurt à moitié
Qui meurt à l'envers
Qui donn'rait ses pieds
Pour un revolver
La mélancolie
La mélancolie
C'est les yeux des chiens
Quand il pleut des os
C'est les bras du Bien
Quand le Mal est beau
C'est quelquefois rien
C'est quelquefois trop
La mélancolie
C'est voir dans la pluie
Le sourir' du vent
Et dans l'éclaircie
La gueul' du printemps
C'est dans les soucis
Voir qu'la fleur des champs
La mélancolie

C'est regarder l'eau
D'un dernier regard
Et faire la peau
Au divin hasard
Et rentrer penaud
Et rentrer peinard
C'est avoir le noir
Sans savoir très bien
Ce qu'il faudrait voir
Entre loup et chien
C'est un désespoir
Qui a pas les moyens
La mélancolie
La mélancolie

Texte soumis aux droits d'auteur, réservé à un usage privé ou éducatif.

C'est un' rue barrée
C'est c'qu'on peut pas dire
C'est dix ans d'purée
Dans un souvenir
C'est ce qu'on voudrait
Sans devoir choisir
La mélancolie
C'est un chat perdu
Qu'on croit retrouvé
C'est un chien de plus
Dans le mond' qu'on sait
C'est un nom de rue
Où l'on va jamais
La mélancolie
C'est se r'trouver seul
Plac' de l'Opéra
Quand le flic t'engueule
Et qu'il ne sait pas
Que tu le dégueules
En rentrant chez toi
C'est décontracté
Ouvrir la télé
Et r'garder distrait
Un Zitron' pressé
T'parler du tiercé
Que tu n'a pas joué
La mélancolie
La mélancolie
C'est voir un mendiant
Chez l'conseil fiscal
C'est voir deux amants
Qui lis'nt le journal
C'est voir sa maman
Chaqu' fois qu'on s'voit mal
La mélancolie
C'est revoir Garbo
Dans la rein' Christine
C'est revoir Charlot
A l'âge de Chaplin
C'est Victor Hugo
Et Léopoldine
La mélancolie

 

   La chanson, aussi, habite la ville. Elle en a recueilli l'effervescence et exprimé les formes nouvelles avec toutes ses ressources spécifiques. Elle a aussi accompagné les soulèvements populaires et aujourd'hui, la chanson sociale, ou engagée, hérite de cette tradition. Baudelaire, pourtant, fait partie de ces poètes qui lui dénient toute valeur politique : « La vérité, écrit-il, n'a rien à faire avec les chansons. Tout ce qui fait le charme, la grâce, l'irrésistible d'une chanson, enlèverait à la vérité son autorité et son pouvoir. Froide, calme, impassible, l'humeur démonstrative repousse les diamants et les fleurs de la Muse; elle est donc absolument l'inverse de l'humeur poétique » (Notes nouvelles sur Edgar Poe). On ne fait certes pas la révolution en chansons, mais celles-ci l'ont plus souvent accompagnée, à chaud, que la poésie écrite (pensons à la Carmagnole de 1789, à la Chanson des Canuts, au Temps des cerises même). Léo Ferré a ainsi trouvé un souffle nouveau dans le printemps de 1968.

 

  LIENS :

 

  Le Hall de la chanson
  ABC de la chanson francophone
  Chorus chanson française
  Du Temps des Cerises aux Feuilles mortes
  Le petit Dictionnaire intime de la chanson française
  Le patrimoine de la chanson francophone (Eduscol)
  La chanson francophone en cours de FLE
 Rencontre Brassens, Brel, Ferré  (6 janvier 1969).

 

 

 

Sommaire du site Magister                   m'écrire

Vocabulaire Types de textes Genres littéraires
Lecture analytique Le commentaire Travaux d'écriture
Texte argumentatif Corpus de textes Œuvres intégrales
Dossiers Classes Prépas Liens